Accueil

« Rayonner dans l’ombre et avancer »

Librairie La Brèche, éditions pratique de propos délibéré une micro-édition sélective depuis les années 1990. Plusieurs directions sont explorées :
> la nouvelle littéraire 
> l’essai esthétique et philosophique
> la pensée et la poésie du monde
> les romantismes du XIXe siècle
> les études reclusiennes, avec les Cahiers Elisée Reclus. (Créés en 1996, ils furent des premiers à rééditer et commenter des textes rares ou restés invisibles ; ils sont désormais publiés sous la forme de « hors série » sporadiques.)

Certainement sensible à la qualité formelle de l’expression, Librairie La Brèche, éditions apprécie les auteurs impliqués dans leur œuvre et témoignant d’une forte présence aux êtres, ainsi qu’à l’histoire et au monde.

> La revue Des PAYS HABITABLES Naïveté Utopie Extravagance a rejoint le catalogue au mois de mars 2020.

Dernières nouvelles des éditions

Nouvelles des amis

On trouvera dans la revue Europe du mois de novembre-décembre 2020, un dossier consacré à Pierre Peuchmaurd (1948-2009), propre à faire aimer plus largement l’animateur de revue, le poète, le moraliste (on se comprend !) qu’il fut. Celui qui disait :  » Mes amis et moi, qui ne sommes pas des intellectuels, vivons dans une … Lire la suite Nouvelles des amis

Des Pays habitables, n°3

Connaissez-vous Victor Fournel, André Vers ? Jean-Pierre Brisset et Nikolaï Zabolotsky ? Savez-vous que la chasse aux gamahés a repris ? Ainsi que les neiges et paysages de Claude Dourguin ? Imaginiez-vous avoir la chance de lire pour la première fois en français les thèses d’Alexander Braun (1805-1877) sur le rajeunissement dans la nature ; … Lire la suite Des Pays habitables, n°3

L’Aborigène se meurt

Ce splendide et tragique plaidoyer d’Élie Reclus (le frère aîné du géographe redevenu célèbre ces dernières années) que nous avions publié voici dix ans, devrait reparaître prochainement à nos éditions. On y pourra notamment lire ce passage, qui parlera certainement à beaucoup en ce temps pandémique. Jugez plutôt : « Frelatée de trois-cinq et de trois-six, … Lire la suite L’Aborigène se meurt